Repetto, une marque de luxe à la renommée mondiale

Depuis 1967, Repetto fabrique en France dans son usine de Dordogne les chaussons de danse et les ballerines qui ont fondé sa réputation. 

Repetto, le luxe accessible, à la ville comme à l'Opéra

Traditionnellement construite autour du monde de la danse, Repetto est aujourd'hui une marque de luxe dit "accessible" à la renommée mondiale. Repetto se porte aussi en ville grâce à ses modèles de chaussures, sa gamme de prêt à porter, la maroquinerie et le parfum.  

 

Du café de la Butte Montmartre à la rue de la Paix

La marque Repetto a été fondée par Rose Repetto, mère de Roland Petit. C'est pour son fils, que les chaussons de danse blessent, que Rose Repetto crée un chausson plus souple et plus respectueux du pied, en ayant l'idée de coudre la semelle du chausson à l'envers et de la retourner ensuite et non l'inverse comme cela se pratiquait. Cette technique permet d'amortir les chocs et d'apporter souplesse et confort aux danseurs.

 Repetto ouvre sa première boutique rue de la Paix
Vitrine d'un magasin Repetto

Devant le succès de son chausson de danse auprès de son fils et de ses amis danseurs (Maurice Béjart, Rudolf Noureev, Carolyn Carlson, Mikhaïl Barychnikov…), Rose décide de se consacrer à la confection de chaussons de danse. Elle installe son atelier dans une chambre de bonne rue de la Paix, puis, devant le succès, y ouvre sa première boutique. Elle fait dessiner son logo par la peintre surréaliste et décoratrice de théâtre Leonor Fini.

Le logo Repetto par Leonor Fini
Le logo Repetto, dessiné par Leonor Fini

ma plume webmag edito

Des clients prestigieux

C'est là qu'un beau jour de 1956 une jeune danseuse devenue comédienne pousse la porte. Elle veut, pour son prochain film, un modèle de chaussure très féminin, aussi léger que ses demi-pointes, plat, qui laisse apparaître la naissance des orteils. Le film c'est "Et Dieu… créa la femme". Pour Brigitte Bardot, Rose Repetto crée la ballerine de ville "Cendrillon"…

 Repetto Bardot ballerine BB/Cendrillon
Féminine, légère, aérienne, c'est grâce à Brigitte Bardot que la ballerine "Cendrillon" a vu le jour…

Dans les années 1970, Serge Gainsbourg devient l'ambassadeur masculin de la marque en portant les richelieu souples blanches à lacets, modèle "Zizi " créé à l'origine pour la danseuse Zizi Jeanmaire, belle-fille de la créatrice et meneuse de revue. C'est, à l'époque, Jane Birkin qui déniche ce modèle : "Serge cherchait des gants pour ses pieds, car il avait horreur de marcher". Le chanteur en consommait jusqu'à 30 paires par an… On retrouve également la "Zizi" aux pieds de Mick Jagger, Mathieu Chedid ou Thomas Dutronc…

 Repetto Gainsbourg modèle Zizi
Repetto ? "à perpète" disait Gainsbourg qui ne quittait ses "zizi" que pour prendre son bain…

ma plume webmag edito

Le "Cousu-retourné"

En 1967 Rose Repetto rachète une usine à Saint-Médard-d'Excideuil en Dordogne. Les pointes et les ballerines y sont encore aujourd’hui fabriquées, selon la technique qu'elle a créé du "cousu-retourné". 


Réalisation : Ubiquity films

Le "Cousu-Retourné" a été inventé par Rose Repetto pour son fils. Cette technique de fabrication unique consiste à coudre chaque semelle de cuir à l'envers avant de la retourner.

Lors de la première étape de la confection de la pointe, on agrafe le verso de la semelle à une forme de montage. On recouvre cette ébauche de la « tige » en satin (le dessus de la pointe). On réalise à la main les plis formant le bout. Ensuite, le "monteur de bout" pique la tige sur la semelle avec sa machine à coudre inversée, pièce unique qu'on ne trouve qu'ici. Deux ans de formation sont nécessaire pour maîtriser le geste et obtenir une couture résistante et régulière.

Une fois le "cousu" achevé, l'ensemble est "retourné" comme une chaussette. Reste ensuite à renforcer la pointe et laisser sécher 48 heures. Cette technique est également utilisée pour les ballerines.

Repetto ballerine CendrillonLa ballerine "Cendrillon", modèle iconique de la marque…

ma plume webmag edito

Renaissance de la marque

Après la disparition de Rose, en 1984, Repetto passe de mains en mains, puis se démode. Elle est reprise en 1999 par  l'entrepreneur autodidacte Jean-Marc Gaucher, ancien PDG de Reebok France, qui diversifie les activités, et malgré un dépot de bilan en 2002 redresse la société et la positionne sur le marché haut de gamme français et international. 

Pour rajeunir la marque, il fait appel à des créateurs de mode tels qu'Issey Miyaké, Yohji Yamamoto, Comme des Garçons et plus tard Karl Lagerfeld. La gamme redevient tendance, toujours avec le souci de la perfection dans la fabrication. En Dordogne, les ballerines de villes sont soumises au même degré d'exigence que les produits destinés aux danseurs.

La marque Repetto se lance dans le parfum

En 2012, la société se lance dans le prêt à porter, avant de lancer son premier parfum en 2013, en collaboration avec la société Interparfums. 

ma plume webmag edito

Fabrication "Made in France"

L'atelier de production Repetto est situé à Saint-Médard-d'Excideuil en Dordogne non loin de Bergerac, dans le Périgord vert. Y sont fabriquées depuis toujours les pointes et les ballerines. L'entreprise compte relocaliser en France une autre partie de sa production. La maroquinerie, fabriquée en Tunisie, devrait bientôt intégrer l'usine périgourdine de même que les chaussures à talon actuellement de fabrication italienne.

Repetto forme dans une école spécialisée des artisans façonniers qualifiés, qui chaque année, sont embauchés par l’entreprise pour y perpétuer la tradition.

Repetto fabrication Made in France
Couture sur l'envers et fabrication de pointes pour danse classique, le savoir-faire "Made in France" Repetto

ma plume webmag edito

Présence internationale

Aujourd'hui, la marque Repetto est présente à l'international en Europe, largement représentée en Asie et ambitionne de conquérir le marché américain. Le secret de son succès ? La caution des danseurs (Repetto fournit toujours en chaussons, tutus et tenues de danse les danseuses de l'Opéra) et 5 collections par an, sur de petites quantités jamais reconduites, ainsi que des créations sur-mesure grâce à "l'atelier Repetto". 

Repetto crée des chaussures de ville Repetto crée des chaussures de ville
La marque Repetto est également présente sur le prêt à porter/chaussures au travers de collections éphémères, jamais renouvelées. Ici les sandales Ipanema et Irina, printemps 2018…

Il vous faudra compter autour de 200€ pour acquérir un premier modèle de la création iconique de la marque, la ballerine "Cendrillon". Mais pas de panique, Repetto Saint Médard, au lieu-dit Le Martinet, organise chaque année de mi-octobre et jusqu’à mi-décembre, la « braderie Repetto », avec des rabais allant jusqu'à 50 %.

Repetto collection

Donnez-nous votre avis sur cet article

Pour respecter la vie privée de nos lecteurs et limiter le nombre de cookies tiers présents sur ce site, nous avons fait le choix de ne pas utiliser de plug-in de commentaires. Vous pouvez nous laisser un message ici ou venir dialoguer avec Ma Plume WebMag sur Facebook.