Les Invalides en cage

Pour la 3ème année consécutive, malgré l'opposition des riverains du quartier,  Paris accueille la course automobile électrique "Formula E".

 Barrage sous tension autour des Invalides

Galerie photos sur yakawatch.com
Toutes les photos sur
Yakawatch, un œil moderne, photos & reportages

Pour la 3ème année et malgré l'opposition des riverains du circuit qui voient leur vie quotidienne impactée durant 18 jours* avant et après un évènement qui ne dure qu'une seule journée – voire quelques heures –  Paris accueille la course automobile électrique "Formula E". 
*12 jours pour le montage, 6 jours pour le démontage

Sommaire

» Formula E qu'est-ce que c'est ?
» Les Invalides en état de siège
» ePrix Paris. L'alibi – pas vraiment – écologique
» Un fort budget aux retombées incertaines
» Pour… la Formula E, contre…le ePrix Paris
» L'eVillage, promotion de la propulsion électrique urbaine
» Et après ?

 

Formula E, qu'est-ce que c'est ?

Formula E, course automobile 100% électriqueePrix est un championnat automobile de monoplaces propulsées uniquement à l'énergie électrique qui se déroule dans les grandes métropoles  internationales : Rome, Paris, Berlin, Hong Kong, Santiago du Chili, Mexico, Zurich, New-York.

Ce championnat de Formule E est régi par la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile). C'est l'équivalent électrique de la Formule 1. 

Cettte année, à Paris la course aura lieu le 28 avril, soit à la fin des vacances de Pâques de la région parisienne.

Sur un circuit de 1,93 Km, 20 monoplaces 100% électriques aborderont 14 virages et tourneront dans le sens des aiguilles d'une montre à une vitesse moyenne de 112Km/h autour des Invalides.

C'est, d'après les pilotes, un des circuits le plus techniquement difficile car très court, avec beaucoup de virages et peu de lignes droites, difficulté renforcée par la différence d'adhérence entre les différentes sections de tarmac (bitume tout neuf venant recouvrir les pavés vs bitume usagé).

C'est l'occasion pour les constructeurs automobiles de tester les technologies électriques.

Chaque monoplace est équipée de batteries de 28 kW, soit l'équivalent de 4 000 batteries d'iPhone ou de 300 batteries d'ordinateurs portables. Elles atteignent les 100Km/h en départ arrêté en 3 secondes et développent, en course, une puissance de 170 kW.

Il serait trop long de recharger les batteries. Ce sont les pilotes qui, à mi-course, changent de véhicules une fois leur batterie épuisée. Selon la FIA, l'année prochaine les batteries devraient permettre aux coureurs de tenir la course entière (1 heure).

Des stands sont installés sur l'esplanade des Invalides. Dès le 27 avril, l'Allianz eVillage accueille le public pour la cérémonie du podium, tester des simulateurs de course et découvrir l'offre électrique des constructeurs.

 Les stands des écuries installées sur l'esplanade des Invalides Les stands des écuries installées sur l'esplanade des Invalides

 

Les Invalides en état de siège

Les Invalides en cage Les Invalides en cage
Les Invalides assiégées
Les Invalides en cage Les Invalides en cage

Le quotidien des riverains durant ces 18 jours n'est pas franchement enviable. Installation de murs grillagés le long des trottoirs, rues bloquées, circulation et stationnement interdits, déplacements difficiles. Un quartier envahi par 50 000 spectateurs attendus entre le 27 et le 28 avril, entrées de parkings privés murées, stations de métro fermées, accès aux logements riverains nécessitant la présentation d'un justificatif de domicile, pollution visuelle… Les riverains ont déposé une plainte contre les conditions qui leur sont imposées. 

Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018 Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018
Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018 Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018 Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018 Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018 Des riverains encagés avant le ePrix Paris 2018

L’organisation a néanmoins prêté l'oreille à quelques doléances. Cinq navettes ont été mises en place pour "favoriser les flux avant et pendant le ePrix". Trois d’entre-elles naviguent à l’intérieur du circuit, deux en font le tour.  

Mais si ce sont deux péniches qui ont acheminé par voie fluviale les quelques 5 000 tonnes de matériel au Port du Gros-Caillou, de là, ce sont des camions (à moteur Diesel) qui ont assuré le "transport du dernier kilomètre", provoquant des embouteillages dans cette zone centrale et très passante de Paris…et l'hire des habitants du quartier et des certains élus. 

 camion et engin de chantier aux abords des Invalides

Pour David Belliard, coprésident du groupe des élus écologistes du Conseil de Paris, cet événement est une absurdité. "Nous trouvons que l'organisation de cette course est en contradiction complète avec la politique de la Mairie de Paris en termes de mobilité, qui prône un rééquilibrage de l'espace public. Créer une infrastructure spécifique est un non-sens. On construit un circuit automobile pour quelques jours, alors qu'il en existe dans la région. A l'heure où on veut justement mettre la banlieue en avant, notamment à l'occasion des jeux olympiques, cela semble incohérent. De plus, on est en droit de se demander quel est le coût environnemental de cet événement. A chaque fois que nous posons la question à la Mairie de Paris, nous nous voyons opposer une fin de non-recevoir."

Écran géant devant les Invalides  Rues barrées autour des Invalides Les quartier des Invalides en état de siège
Double barricades, rues adjacentes barrées… tout le quartier des Invalides était comme en état de siège…

Dans le même temps, la Ville de Paris ne veut voir dans cet évènement qu'une promotion de la voiture électrique et des "déplacements doux" (sic), souligne que les groupes électrogènes fonctionnent à la glycérine et non au gazole et que le bitume récupéré sera réemployé.  

 

 

ePrix Paris. L'alibi – pas vraiment – écologique

À Paris, le circuit occupe 1,93 Km de chaussée dont 1,5Km aura été temporairement goudronné (soit 9 000 m2) pour satisfaire aux standards des courses de F1. Aux Invalides, les pavés étant classés, le revêtement goudronné est raboté une fois la course passée. Les travaux de revêtement ont commencé dès le début du mois d'Avril. Après l'évènement, c'est de nouveau trois semaines de ballet d'engins de chantier pour remettre le site dans son état d'origine. Les panneaux de signalisation indiquent aux riverains deux mois de travaux.

 Du béton sur les pavés des Invalides  
Du béton sur les pavés des Invalides Du béton sur les pavés des Invalides
Sur la piste fraîchement recouverte de bitume devant les Invalides, l'absence de marquage au sol a provoqué la confusion des automobilistes.

Selon Eric Barbaroux, PDG d’Electric Formula et organisateur technique de la course, cela représente un avantage pour les riverains qui pourront ainsi "rouler sur une voie propre, sans trous". Voire. Les nids de poule sont légion partout ailleurs dans la capitale – y compris aux abords immédiats du circuit – et il a fallu remettre temporairement le marquage au sol pour guider les conducteurs sur l'occupation de la chaussée. Le bituminage de la chaussée autour des Invalides a commencé dès le début du mois d'avril.

 Les nids de poule durablement installés aux abords des Invalides  Les nids de poule durablement installés aux abords des Invalides Nids de Poule près du circuit Les nids de poule durablement installés aux abords des Invalides
Les nids de poule aux alentours du circuit sont toujours bien présents… Ici, avenues de Saxe (à gauche) et de Lowendal (à droite) – Photos 30 mars 2018.

Paradoxalement, c'est le groupe écologique du Conseil de Paris qui, en janvier dernier est monté au créneau. David Belliard coprésident du groupe des élus écologistes du Conseil de Paris a ainsi déclaré : "Cette promotion de la voiture est antinomique avec la politique que nous essayons de mettre en place en donnant la priorité aux transports en commun et aux déplacements doux. Sur une telle épreuve, le bilan écologiste est négatif. Il n’y a qu’à voir le bitume posé avant la course et retiré peu après. […] c’est juste impensable, à l’heure du Grand Paris de ne pas utiliser des circuits franciliens existants pour ce genre de rendez-vous.

 Travaux d'épandage de bitume sur les pavés des Invalides Travaux d'épandage de bitume sur les pavés des InvalidesTravaux d'épandage de bitume sur les pavés des Invalides
 Les travaux de bituminage sur les pavés des Invalides ont commencé dès la fin du mois de Mars…

 La société qui a mené les travaux de bituminage n'a pas souhaité communiquer de chiffres sur le bilan écologique de l'opération à la demande expresse de son client, la FIA.  Même si l'évènement pollue 15 fois moins qu'une saison de Formule 1, pour la saison Formula E 2016 les organisateurs avaient avoué un taux d'émission de 12 000 tonnes de CO2. Soit l'équivalent de l'émission de CO2 de 3 000 voitures à essence sur un an*. 

*Source Challenges, avril 2018

 L'opposition n'est pas l'apanage des seuls écologistes. Le 26 avril, Pierre Charon, sénateur LR de Paris s'est exprimé en ce sens sur Twitter : "Anne Hidalgo recommence le Grand Prix de Formule E. Pour une empreinte environnementale de progrès : Déverser du bitume (CO2) pour quelques heures sous le nez des parisiens du 7ème pendant une semaine pour tout retirer ensuite avec de nouvelles nuisances... On est chez les (fous)"

 

 

ePrix Paris, un fort budget aux retombées incertaines

Le budget de l'installation est conséquent : 10 millions d'euros dont 10% est alloué à la construction de la piste. Pour occuper une des 8 000 places en tribune, il en coûtait 55 €.

Des tribunes… Paris ePrix 2018 Des tribunes… Paris ePrix 2018
Des tribunes… Paris ePrix 2018
Sur le circuit… Paris ePrix 2018
Sur le circuit… Boulevard de la Tour Maubourg Paris 7ème. ePrix 2018

Le financement du ePrix de Paris est totalement issu d’organismes privés. Les parisiens pourront au moins apprécier cela…

 Mais est-ce si intéressant que cela pour la ville ? La ville de Montréal vient d’annuler la tenue de son ePrix cette année pour des raisons financières dues aux manques de retombées et ne voulant pas imposer à ses habitants du centre-ville le lot de désagréments inhérent à l'évènement. 

Zurich serait en passe de suivre cet exemple. Malgré le discours triomphaliste officiel, c'est peu de dire que l'esprit même de cette compétition n'emporte pas la faveur des publics citadins. 

Depuis le lancement de la compétition il y a trois ans, plusieurs grandes métropoles se sont retirées du circuit (Pékin, Putrajaya*, Los Angeles, Miami, Rio de Janeiro, Londres, Monaco) 
*Malaisie

Quant aux commerces riverains de la course, leur avis est (plus que) mitigé.

On pourrait en effet croire que la course amène une clientèle aux bars, restaurants et brasseries situés le long du parcours. Il n'en n'est rien : baisse d'environ 20% du chiffre d'affaires durant les travaux, et, si les bars de proximité des rues barrées pourraient profiter de la soif des spectateurs "itinérants" (ceux qui n'ont pas leur place en tribune), les restaurant font quasiment table vide et les bars sélect du 7ème arrondissement voient fuir leur clientèle d'habitués. D'autant plus qu'on aura trouvé nombre de food-trucks pour se restaurer au sein du eVillage…

 La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018
La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018 La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018 La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018 La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018
 La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018La problématique des bars et restaurants le long du circuit - Paris ePrix 2018

Quant aux autres commerces, ils hésitent entre désabusés et écœurés. Car si la mairie a organisé en amont de l'évènement une réunion d'information, ils ne sont évidemment pas véritablement consultés – ni vraiment écoutés.

Depuis la première édition en 2016, l'évènement a pris une importance considérable et c'est bien plus que le tour des Invalides qui est bloqué. Les rues adjacentes sont également barrées… en attendant un afflux de près de 50 000 visiteurs dans ce quartier plutôt tranquille bien que touristique.

 

 

Pour… la Formula E, contre… le ePrix Paris

Le discours officiel est que ceux qui sont contre cette course automobile non-polluante en plein Paris sont des esprits chagrins qui refusent le progrès.

Il n'en n'est rien… De l'avis général des riverains et passants interrogés :

  • » oui pour la transition énergétique et la recherche de solutions énergétiques non polluantes pour les déplacements ;
  • » oui à une course pour tester les technologies et promouvoir l'énergie électrique comme une alternative crédible aux carburants traditionnels, à condition qu'elle se tienne dans un lieu dédié ;
  • » non pour la tenue d'une course automobile en centre-ville aux effets collatéraux vraisemblablement plus polluants que la course elle-même ;
  • » non pour dénaturer, bloquer un quartier et imposer aux riverains 2 mois de travaux qui ne sont pas faits pour améliorer leur quotidien ;
  • » non pour choisir un des rares endroits de Paris où les rues sont encore pavées pour les goudronner … et devoir les dégoudronner ensuite. 

Et ce, même si on leur a offert des places en tribunes en guise de dédommagement.

 Des rues barrées, tout un quartier à l'arrêt… Des rues barrées, tout un quartier à l'arrêt… 
Des rues barrées, tout un quartier à l'arrêt… Des rues barrées, tout un quartier à l'arrêt…

De la même manière que la fermeture des voies sur Berges faisait appel à la lutte contre la pollution (non prouvée) et où finalement la mairie a dû invoquer l'attrait touristique et la mise en valeur de l'environnement visuel de la Capitale pour justifier leur fermeture, la tenue de l'ePrix Paris invoque l'alibi écologique pour justifier une entreprise qui rapportera surtout de l'argent à ses organisateurs, à défaut de séduire le grand public. On comprendra aisément au vu des photos que l'attrait visuel et touristique des Invalides se trouve sérieusement réduit… 

On pouvait peut-être tenir cet évènement ailleurs qu'au sein d'un quartier de Paris que cette course dépare, autour d'un monument qui par ailleurs abrite un hôpital militaire et trouver d'autres évènements de promotion des déplacements "doux" dans la capitale qui respecteraient l'environnement écologique, visuel, sonore et resterait respectueux des habitants. Et éviter le gaspillage d'une opération de terrassement parfaitement inutile alors qu'il y a tant à faire pour l'entretien de la chaussée dans la capitale.

On me murmure dans l'oreillette que la Formule E se rêve en sport automobile à part entière. On lui souhaite donc longue vie… sur les circuits !

 

 

L'eVillage, promotion de la propulsion électrique urbaine

En marge de la course Formula E de Paris, un village dédié à la promotion des véhicules électriques et  de l'usage de l'électricité dans la mobilité urbaine était installé sur les pelouses de l'esplanade des Invalides.

eVillage Paris ePrix 2018 la Renault ZOE

LIRE : Formula E Paris 2018 - À Paris, le eVillage promeut l'industrie électrique 

ma plume webmag edito

Et après ? Les travaux de dégoudronnage…

Les travaux de dégoudronnage de la chaussée pavé de la place Vauban et ses alentours ont débuté le 15 mai, soit deux mois après que le goudron ait été posé.

Dégoudronnage de la Place Vauban Dégoudronnage de la Place Vauban
Dégoudronnage de la Place Vauban Dégoudronnage de la Place Vauban

Le principe en est simple : des machines raclent la sous-couche de sable qui soutient le goudron, lequel commençait à s'étendre sous la pression du poids des véhicules – et notamment des cars de touristes qui sont légion sur la Place Vauban. Le goudron et une partie du sable ainsi dragués sont déversés dans des camions-benne. Ensuite, d'autres machines entrent en action pour racler le sable restant et remettre les pavés à nu.

Dégoudronnage de la Place VaubanDégoudronnage de la Place Vauban
À gauche, une machine racle le béton et le déverse dans un camion-benne. À droite, le conducteur se recharge en eau sur une borne de service…

Ce dont on ne parle pas dans les considérations environnementales en plus des émanations dues aux camions diesel, c'est que ces opérations se font à grand renfort d'eau pulvérisée. Ce sont ainsi des hectolitres d'eau qui sont déversés sur la chaussée… dont certains pavés ne résistent pas au traitement…

 Dégoudronnage de la Place Vauban Dégoudronnage de la Place Vauban
Dégoudronnage de la Place Vauban Dégoudronnage de la Place Vauban

ma plume webmag edito

Donnez-nous votre avis sur cet article

Pour respecter la vie privée de nos lecteurs et limiter le nombre de cookies tiers présents sur ce site, nous avons fait le choix de ne pas utiliser de plug-in de commentaires. Vous pouvez nous laisser un message ici ou venir dialoguer avec Ma Plume WebMag sur Facebook.