Il existe une coutume japonaise ancestrale, le Momijigari 紅葉狩り(chasse aux feuilles rouges), qui est à l’automne ce que hanami 花見 (contemplation des cerisiers en fleurs) est au printemps.

Momiji Kōyō, la chasse aux feuilles rouge et or

Nous vous avons déjà présenté ici Sakura, la saison des cerisiers en fleurs, tradition très appréciée des japonais. Voici une autre tradition japonaise de contemplation des merveilles de la nature, le Momijigari, qui est à l’automne ce que hanami est au printemps.

 

🍁 
Les arbres en leurs couleurs d'automne

Au Japon, l’observation du phénomène qui pare, à l’automne, les arbres de couleurs flamboyantes se nomme Kōyō 紅葉 (feuille rouge) qui désigne la feuille qui change de couleur à l’automne et «momiji» 紅葉, (en référence aux différents types d’érable japonais).

Dès le début de l’automne, les érables, les gingkos (銀杏 ichô), et d’autres arbres à feuilles caduques colorent les forêts japonaises de camaïeux flamboyants de rouges, d’oranges et de jaunes. Particulièrement l’érable dont les feuilles deviennent d’un rouge vif et le gingko qui présente un feuillage jaune-doré particulièrement éclatant sous ciel couvert…

Gingkos dorés à Tarumizu
Le jardin de ginkgos dans la ville de Tarumizu, préfecture de Kagoshima, est également appelé «Senbon Ginkgo» 千本イチョウ car la forêt couvre une superficie de 4,5 hectares et contient environ 1 000 arbres.

 

Kōyō
🍁 
l'autre tradition japonaise de contemplation de la nature

L’automne est le printemps de l’hiver
—Toulouse Lautrec

Koyo - Admirer les paysages d'automne au Japon

Deux fois l’an, les japonais ont rendez-vous avec la nature. Au printemps, ils contemplent les cerisiers en fleurs et en automne, ils partent à la chasse aux feuilles rouges.

Momiji Koyo de nuit au Japon
La nuit, des éclairages savamment disposés mettent en valeur la flamboyance des feuilles d'automne

Tous les ans, en automne comme au printemps, les japonais viennent en famille ou entre amis pique-niquer au pied des arbres ou déambuler sous leurs frondaisons flamboyantes en foulant aux pieds un tapis de feuilles craquantes et mordorées… On admire la flamboyance de l’automne de jour comme de nuit où des éclairages savamment disposés mettent en valeur les belles couleurs des arbres.

 

Kōyō Zensen
🍁 
L'avancée du front du feuillage d’automne

Comme pour Sakura au printemps, Kōyō débute très tôt sa saison au nord de l’archipel, environ dès la fin septembre sur l’île d’Hokkaidō, pour se terminer au début du mois de décembre à Fukuoka, au sud, sur la côte nord de l'île japonaise de Kyūshū.
On appelle cette progression «Kōyō Zensen» 紅葉前線 (avancée du front du feuillage d’automne). Les zones montagneuses connaissent également un Kōyō précoce car du fait de l’altitude la fraîcheur y débute plus tôt dans l'année.

Automne Fujiyama
Momiji Kōyō, la chasse aux feuilles rouge et or

À la différence de Sakura, la saison Kōyō dure plus longtemps dans chacune des régions. Entre 15 jours et jusqu’à plus d’un mois. C’est vers la fin de chaque période que la nature est la plus flamboyante, comme un dernier chant avant le sommeil hivernal. Les japonais suivent avec intérêt l’évolution du front du feuillage d'automne sur un des nombreux sites météo japonais.

Koyo Evolution 2020

 

🍁
Où admirer l'automne au Japon ?

Kōyō à Kyoto
Kōyō à Kyoto

À la différence de l'hanami au printemps, réservé aux plus beaux spots pourvus de cerisiers, Kōyō se pratique partout dans l’archipel nippon. Partout où il y a des arbres, à l’instar de nos forêts européennes. Dans les campagnes, en montagne, dans les temples et même en ville, au cœur des parcs. Certains lieux sont très populaires, comme par exemple à Kyoto, les temples d'Arashimaya ou Kiyomizu-Dera.

Koyo au temple Kiyomizu Dera à Kyoto
Kōyō au temple Kiyomizu Dera à Kyoto

 

🍁
Kōyō dans la tradition culinaire japonaise "Kaiseki"

Les japonais célèbrent également le Kōyō dans leur tradition culinaire, notamment en cuisine Kaiseki où il est de coutume de célébrer les saisons dans la préparation et le dressage des plats. C’est l’époque des champignons «matsutake» qu’on dégustera grilllé accompagné de riz ou du poisson «sanma» 秋刀魚 (poisson couteau) servi également grillé avec une sauce Teriyaki. Il existe également un gâteau traditionnel, le «momiji manju» en forme de feuille d’érable et fourré à la pâte de haricots rouges «azuki».

Kaiseki Koyo

Donnez-nous votre avis sur cet article

Pour respecter la vie privée de nos lecteurs et limiter le nombre de cookies tiers présents sur ce site, nous avons fait le choix de ne pas utiliser de plug-in de commentaires. Vous pouvez nous laisser un message ici ou venir dialoguer avec Ma Plume WebMag sur Facebook.