Fifi la Praline et son célèbre triporteur

Au guidon de son triporteur, Fifi la Praline, créateur de gourmandises, a su séduire la capitale avec ses pralines à l’ancienne.

Fifi la Praline un "food-truck" sucré délicieusement rétro

Les pralines, saveurs d’enfance

D’origine normande, confiseur chocolatier de son état, Jean Philippe Casteuble, surnommé "Fifi la Praline" se lance en 2003 dans les rues de la capitale à bord de son triporteur. Son but ? Régaler les passants de ses pralines artisanales.

De son enfance normande, Jean Philippe a gardé le souvenir ému des pralines que lui offrait sa grand-mère et dont il ne retrouvait nulle part l’équivalent… Il décide donc de faire revivre ce souvenir. Et pour lui garder ce petit côté rétro qui fait rêver, il embarque un chaudron sur un triporteur et réalise en direct ses pralines. L’odeur à elle seule, suffit à attirer les gourmands…

 

Une allure rétro, un triporteur, des gourmandises d'antan

Fifi la Praline, une allure de titi parisien
Fifi la Praline au salon "les coulisses du mariage". Portrait Yakawatch photographies

Jean Philippe voulait parcourir les rues de la Capitale au guidon de son triporteur à la rencontre de sa clientèle. Mais les autorisations étant difficiles à obtenir, il s’est tourné vers l’évènementiel. C’est ainsi que vous aurez pu avoir le plaisir de découvrir les gourmandises de Fifi la Praline lors de pique-niques, de salons, de mariages, d’anniversaires, de séminaires ou autres évènements privés où ses pralines sont toujours très appréciées…

Fifi la Praline, casquette, neud pap et gilet  Fifi la Praline, des allures de titi parisien  Fifi la Praline - Portrait - Photo Yakawatch
Avec casquette, noeud pap' et gilet, Fifi la Praline, une allure indémodable de titi parisien…

Si l'on est attiré de loin par les bonnes odeurs de ses pralines, on ne peut non plus oublier son look qui pose son personnage. Avec son allure de titi parisien, crânement coiffé d'une casquette, portant beau nœud papillon, gilet et chemise blanche, Jean Philippe arbore un look vintage et entend renouer avec la tradition des métiers à l’ancienne, clin d'oeil aux métiers de la rue des années 40. Son triporteur est joliment décoré d’un petit garçon portant des gants de boxe, clin d’oeil à l’expression argot-familière de "la praline", coup de poing porté au menton, et dont il a fait son logo…

170108 Fifi la Praline logo

De la praline au praliné

La praline est un bonbon constitué d’une amande torréfiée à coeur enrobée d’un mélange de sucre, de vanille et d’eau.

Torréfiées, les amandes vont cristalliser (devenir blanches), puis caraméliser. C’est prêt ! Une fois les praline prêtes, elles sont servies en cornet pour une dégustation immédiate ou en sachet. Mais si les pralines sentent très bon lorsqu’elles sont chaudes, elles sont bien meilleures à déguster froides !

La première recette a été inventée au XVIIe siècle par Clément Jaluzot, le chef cuisinier du maréchal de Plessis-Praslin, d’où son nom de praline. Concassée, la praline mélangée à du chocolat forme le praliné.

 Le praliné ne se déguste pas tel quel mais mélangé à d’autres ingrédients pour servir de base à des chocolats, bonbons ou pâtisseries.

170108 pralines

Pralines et chocolat, une boutique de gourmandises

Aujourd’hui, Fifi la Praline, c’est aussi une boutique, située dans le 10ème arrondissement de Paris. On y trouve évidemment les fameuses pralines à l’ancienne ainsi que d’autres confiseries dérivées (nougats aux pralines, pralines au chocolat, caramel au chocolat, truffes au praliné, mendiants…). Car la boutique est aussi pour Jean Philippe l’occasion de renouer avec ses premières amours, la chocolaterie. C’est donc avec amour dans sa boutique que Jean Philippe mêle amandes et chocolat, pour votre plus grand plaisir.

 

Donnez-nous votre avis sur cet article

Pour respecter la vie privée de nos lecteurs et limiter le nombre de cookies tiers présents sur ce site, nous avons fait le choix de ne pas utiliser de plug-in de commentaires. Vous pouvez nous laisser un message ici ou venir dialoguer avec Ma Plume WebMag sur Facebook.